Notre équipe est disponible par téléphone au 05 61 730 832 du Lundi au Samedi de 8h à 20h
Sélectionner une page

Comment faire un business plan financier ? – Prévisionnel, définition, contenu…

Temps de lecture : 3 minutes.

Comment faire un business plan financier ?

Créer un plan financier ou business plan est un élément incontournable au moment de vous lancer dans la création de votre entreprise. Ce document n’est pas obligatoire en soi. Toutefois, il est conseillé à tout dirigeant de créer un business plan afin d’avoir une idée, la plus fine possible, des hypothèses d’activité de sa future entreprise. Aussi, le jeune dirigeant ayant un business plan va obtenir un financement bancaire avec plus de facilités à ses débuts.

Dans cet article, easyACTES vous dit tout au sujet du contenu et de la réalisation de votre plan financier.

1 – Définition du business plan financier.

De quoi s’agit-il ?

Le plan financier ou « business plan financier », est un document chiffré présentant différents tableaux qui valorisent des hypothèses d’activité. Le plan financier est sensé montrer l’équilibre général attendu pour l’activité (viabilité, rentabilité), et la pertinence des hypothèses commerciales et financières retenues.

Ces tableaux financiers prévisionnels comprennent notamment le compte de résultat et le bilan prévisionnel, le plan de financement et le budget de trésorerie.

Le business plan est important en cas de recherche d’aides ou de financements puisqu’il sera analysé par les financeurs potentiels et notamment les banquiers. Faire un plan financier est une étape majeure de votre création d’entreprise.

NB : Généralement, un business plan est fait pour évaluer les 3 premières années d’exercice de votre entreprise.

2 – Quel est le contenu du business plan financier prévisionnel sur 3 ans ?

Le plan de financement sur 3 ans.

Il permet de chiffrer le projet et de construire le plan de ressources financières. Ce tableau met ensuite en évidence le solde de trésorerie théorique en comparant les besoins à financer et les ressources affectées, à la date de démarrage du projet puis au titre de chaque période prévisionnelle.

On retrouve dans le plan de financement l’ensemble des besoins à financer: investissements, remboursements d’emprunts, besoin en fonds de roulement… et les ressources financières affectées au projet : apports en capital social, emprunts souscrits, avances en compte courant d’associé…

Ci-dessous, le modèle issu de bpifrance puis les explications.

Modèle de plan de financement sur 3 ans.

Le contenu du plan de financement sur 3 ans.

Le tableau prévisionnel se construit en deux temps :

Année 1

Colonne « besoins » :

Reprendre le contenu du plan de financement initial. Ensuite, reporter le montant du capital remboursé sur le premier exercice (pas les intérêts car ils sont à imputer au compte de résultat). Pour les entreprises individuelles : indiquer les prélèvements de l’exploitant qui seront effectués au titre de sa rémunération.

Le cas de l’exploitant d’une entreprise individuelle est particulier car ses revenus correspondent aux bénéfices dégagés par celle-ci. Or, dans le calcul de la CAF (capacité d’autofinancement), les prélèvements de l’exploitant ne sont pas défalqués. Il est donc impératif de corriger la CAF en indiquant le montant de ces prélèvements annuels dans la partie besoins.

Colonne « ressources » :

Reprendre les éléments du plan de financement initial. Indiquer le montant de la capacité d’autofinancement (CAF) qui se calcule de la manière suivante pour les entreprises en création : CAF = bénéfices après impôts + dotation aux amortissements.

Années 2 et 3

Ne prendre en compte que les éléments nouveaux apparus dans les besoins ou les ressources durables au cours de chaque exercice respectif.

Colonne « besoins » :

Placer le montant des investissements qui peuvent sembler nécessaires pour le développement de l’entreprise. Nouveaux matériels (achat d’un nouveau véhicule par exemple), nouveaux équipements, etc… Indiquer l’accroissement du BFR (besoin en fonds de roulement) provoqué par une augmentation du volume d’activité (plus de stock, plus de clients). Reporter le remboursement annuel des emprunts : tout comme en année 1. On indique ici le capital des emprunts remboursés au cours de l’année en question.

Pour les entreprises individuelles : indiquer les prélèvements de l’exploitant qui seront effectués en années 2 et 3.

Pour les sociétés de capitaux, les associés perçoivent une part des bénéfices de l’entreprise sous la forme de dividendes à inclure.

Colonne « ressources » :

Chiffrer les éventuelles augmentations de capital envisagées (concernent surtout les entreprises à croissance rapide comme les startups) indiquer le montant des apports prévus par les associés dans les comptes courants d’associés.

NB : lorsqu’un prêt bancaire est nécessaire, le banquier impose généralement le blocage des comptes courants d’associés pendant la durée du prêt, ceci pour éviter l’affaiblissement de la structure financière de l’entreprise.

Un compte de résultat de prévisionnel sur 3 ans.

On y retrouve le chiffre d’affaires prévisionnel, qui a été préalablement calculé lors de l’étude de marché et les charges prévisionnelles, composées des charges d’exploitation (achats de marchandises, frais généraux, charges de personnel…), des charges financières (intérêts d’emprunt, rémunérations des avances en compte courant d’associé…) et des charges exceptionnelles (assez rares dans un business plan).

Couramment, le compte de résultat prévisionnel est suivi d’un tableau des soldes intermédiaires de gestion, qui permet d’analyser la formation du résultat en fournissant plusieurs indicateurs financiers importants (marge, valeur ajoutée, excédent brut d’exploitation, résultat opérationnel…).

Les soldes intermédiaires de gestion sur 3 ans.

C’est un tableau qui, en reprenant les chiffres du compte de résultats prévisionnel, fait apparaître des calculs intermédiaires intéressants pour mieux comprendre la rentabilité : marge brute, valeur ajoutée, excédent brut d’exploitation, résultat d’exploitation, résultat financier, résultat courant, capacité d’auto-financement…

La capacité d’autofinancement et l’autofinancement net, le calcul du seuil de rentabilité, le détail des amortissements, le détail des salaires et charges sociales, le calcul du besoin en fonds de roulement.

Le budget prévisionnel de trésorerie, sur un an ou 3 ans qui va permettre de mettre en évidence les décalages entre tous les encaissements et les décaissements sur la période prévisionnelle en déterminant le solde de trésorerie suivant la fréquence souhaitée (mensuelle généralement). Les éléments intégrés dans le budget de trésorerie doivent l’être pour leur montant TTC lorsqu’ils supportent la TVA.

On retrouve dans le budget de trésorerie les encaissements, qui correspondent à toute la trésorerie que l’entreprise reçoit (apports en capital et en compte courant, déblocage des emprunts, paiement clients….) et les
décaissements, qui correspondent à toutes les sorties de trésorerie prévues (achats d’investissement, remboursement des emprunts, paiement des fournisseurs, paiement des salaires et des charges sociales…).

Vous souhaitez créer votre entreprise ?

easyACTES vous accompagne et établit pour vous votre business plan financier. Notre équipe s’occupe de toutes vos formalités, de A à Z. C’est 100% en ligne, finalisé en 5 minutes et vous n’aurez plus rien à effectuer.

Dès 99€ HT

Une question sur la création de votre société ?

Informez-vous, voici la newsletter !

Chez easyACTES, la relation client est essentielle. En vous inscrivant à notre newsletter, informez-vous sur les formalités juridiques de votre entreprise. Profitez-en !

Suivez-nous !

Professionnel du Droit ?

Nous contacter

📩 contact@easyactes.net
📞 05 61 730 832
Du Lundi au Samedi de 8h à 20h

🏢 EZYACT
43 Rue Monplaisir
31400 TOULOUSE

Mentions légales

Politique de confidentialité
Conditions générales de vente
easyACTES n’est pas un cabinet d’avocats
RCS Toulouse n°878762525

2022 – Tous droits reservés