Notre équipe est disponible par téléphone au 05 61 730 832 du Lundi au Samedi de 8h à 20h
Sélectionner une page

Comment ouvrir un bar à vin ?
– Le guide complet.

Temps de lecture : 5 minutes.

Ouvrir un bar à vin en France : comment faire ?

Le vin et la France… Une si longue histoire d’amour ! Les Français sont réputés dans le monde entier pour leur passion pour les vins de qualité. Le secteur viticole est d’ailleurs exportateur net. Cela traduit notre renommée mondiale dans le domaine. Des métiers de passion gravitent autour du milieu viticole : caviste, sommelier ou gérant de bar à vin.

La création d’un bar à vin demande à son gérant de travailler sur différents points que nous allons tous passés en revue ensemble dans cet article. A la vôtre !

1 – Trouver un concept singulier : une identité forte pour votre bar à vin.

Plus le concept est singulier, plus votre bar à vin attire l’œil.

N’avez-vous pas déjà vu dans la même rue, deux restaurants ou débits de boisson, dont l’un qui faisait le carton plein et l’autre en face avec beaucoup moins de clients ?

Lorsqu’on souhaite créer un commerce de proximité et plus particulièrement un bar à vin, soigner son identité est la clé. Votre image va permettre de faire naitre une différenciation qui va attirer vos clients. En ce sens, votre enseigne doit se démarquer des concurrents directs à proximité. C’est-à dire les autres débits de boisson du centre-ville.

Dans ce type de commerce, la carte de la spécialisation et à adopter. Plus vous rentrez dans un secteur de niche, plus vos clients reviendront pour votre offre particulière et la qualité de vos services. Cette qualité doit être entretenue par le recrutement d’un personnel qualifié dans le domaine viticole. La qualité de votre établissement va donc exiger de recruter un personnel à la hauteur de vos ambitions.

NB : Mesurez la portée de votre clientèle type, en effet, en fonction de plusieurs critères dont le lieu de localisation, le prix de votre carte… Le concept doit être un minium ouvert au public afin de satisfaire un chiffre d’affaires rentable.

Une fois l’image trouvée, il faut se concentrer sur le marketing de votre bar à vin. En pratique, vous faire connaitre du grand public.

2 – Adopter une stratégie marketing pour votre bar à vin.

Vous faire connaitre du grand public et diffuser votre image.

Dans cette logique, vous allez mettre en place des actions pour attirer et fidéliser vos clients.

→ Vous pouvez utiliser les réseaux sociaux comme Facebook pour mettre en avant l’ambiance, l’image de votre bar ou la qualité de vos services et de votre offre exclusive comme un arrivage de crus par exemple.

→ Vous pourrez aussi vous faire référencer sur Google Maps et même créer un site internet afin de vous faire identifier plus facilement sur le Web.

→ Communiquer dans les médias locaux boosters fortement l’inauguration de votre bar. Ainsi, vous pouvez annoncer l’ouverture de votre bar dans les journaux locaux, ou via des sites web spécialisés.

Plus tard, vous pourrez être référencé dans les guides touristiques tel que Le Routard par exemple…

3 – Bien choisir la localisation de votre bar à vin.

Le but : favoriser le turn-over de vos clients.

Le choix du local commercial dans lequel monter un bar à vin est sans doute l’étape la plus importante pour vous, avec cette question centrale : Où localiser son bar à vin ?

Voici quelques critères à prendre en compte :

→ Le passage : choisissez les rues à fort passage. Les places y seront plus chères, mais cela aidera, votre bar à se faire connaître.

→ La taille : vous aurez besoin d’un local suffisamment spacieux pour stocker un large choix de vins, ainsi qu’une surface importante pour recevoir vos clients

NB : Si vous entreprenez pour la toute première fois et afin de limiter les coûts, privilégiez un quartier périphérique avec une forte densité de bureaux. A coup sûr les after work attireront une clientèle périodique, et permettra de faire baisser votre budget local.

4 – Statut juridique adapté pour votre bar à vin et aides au démarrage.

Créer une société plutôt qu’une entreprise individuelle.

En fonction du type d’activité que vous exercez, vous pouvez choisir différents statuts juridiques :
→ La création d’une microentreprise
→ La création d’une entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL)
→ L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ou la Société par action simplifié unipersonnelle (EURL ou SASU).

Ces deux dernières vous permettent de protéger l’ensemble de votre patrimoine personnel. Les statuts sont simplifiés et peuvent être très adaptés pour votre activité de débit de boissons. De plus, elles vous permettent d’obtenir un financement bancaire plus intéressant qu’une entreprise individuelle. Les banques favorisant souvent l’obtention de prêt à des sociétés bénéficiant d’un patrimoine propre à la structure.

Pour une petite entreprise où vous êtes le seul employé, créer une EURL ou une SASU est donc souple et judicieux.

On les distingue sur le plan du régime social :

→ L’EURL : le patron est l’unique associé. Il est donc considéré comme travailleur non salarié (TNS) et le taux de cotisation s’élève à 45 % sur ses dividendes et sa rémunération. En cas de faillite, ses biens personnels sont protégés et l’entreprise ne sera redevable que du montant de son capital.

→ La SASU : c’est une société par action simplifié où le dirigeant est assimilé salarié. Ses charges s’élèvent à 65 % sur sa rémunération et à 15.5 % sur ses dividendes.

Si vous voulez entreprendre à plusieurs dans le secteur du débit de boisson, la SARL ou la SAS sera à choisir.

Consulter la fiche pratique sur la création d’une SARL

Consulter la fiche pratique sur la création d’une SAS

Licences sur les débits de boisson.

En termes de licences, celle dont vous aurez besoin dépendra du type de boissons proposées :

→ Les licences de catégories II et III ont été fusionnées. C’est cette double licence dont vous aurez besoin pour les vins et vins doux, et cela que ce soit pour une consommation sur place (licence III) ou à emporter.

→ Si vous souhaitez, en plus de votre vin, proposer du rhum ou de l’alcool distillé, il vous faudra acheter une licence IV.

Exonération et aides locales.

Quand vous débuterez votre activité à votre propre compte, sachez que vous aurez droit à une exonération de cotisations sociales au moins pour la première année d’activité grâce à l’ACRE. Cette exonération vous assure des économies importantes. En bref vous ne payerez que très peu de charges sociales à vos débuts. Lire les détails sur les conditions de l’ACRE. 

A côté de cette exonération, votre région peut vous accorder des aides spécifiques à l’installation de votre activité. Enfin, votre banque pourra vous accorder des financements facilités par des garanties accordées par BPIFrance.

5 – Les financements possibles de votre bar à vin.

Apport personnel, emprunt, crowdfunding…

Si vous optez pour une société à plusieurs associés, les apports en fonds propres financeront tout ou partie de votre projet. 

Le financement bancaire via l’obtention d’un financement pour une création d’entreprise n’est pas toujours chose aisée. Vous pouvez cependant faire financer une partie de votre équipement ou de votre stock de bouteilles pour vos débuts.

Enfin, une campagne de crowdfunding vous permet de faire appel à une communauté de particuliers pour vous financer en échange de cadeaux (une bouteille de vin par exemple). C’est un très bon moyen de communiquer sur l’ouverture de votre bar à vin juste avant l’inauguration.

6 – La création de votre entreprise de bar à vin.

Les étapes à suivre dans le bon ordre.

1 РR̩diger les statuts.

Dans un premier temps, vous devez rédiger les statuts de votre société. Cette étape est très importante car vous allez définir le pouvoir de chaque associé de votre entreprise. Il est possible de rédiger vos statuts seuls mais il est conseillé de faire appel à un spécialiste qui peut être d’une grande aide. Vous devez inclure des informations indispensables comme la dénomination de la société, la forme juridique ou encore l’objet social de votre entreprise.

2 РD̩poser le capital social.

Ensuite, vous devez déposer votre capital social constitué de vos apports de votre société. Ces apports sont en numéraires ou en natures (les apports en industrie ne font pas partie de votre capital social). Après l’ouverture de votre compte bancaire, vous recevrez votre attestation de dépôts de fonds. Le capital social peut être déposé à partir de 1 euro.

3 РPublier une annonce l̩gale.

Vous devez publier une annonce dans un journal d’annonces légales afin de faire la publicité de votre démarche de création. L’attestation reçue est à joindre dans votre dossier d’immatriculation.

4 – Déposer votre dossier d’immatriculation.

L’étape finale consiste à inclure toutes les pièces nécessaires au dossier d’immatriculation de votre entreprise. (formulaire M0, statuts signés, les frais de greffe, attestations…)
Le dépôt s’effectue soit au Centre de formalités des entreprises compétents, soit directement au Greffe du Tribunal de Commerce.

Vous souhaitez ouvrir votre bar à vin, seul ou à plusieurs ?

easyACTES vous accompagne et s’occupe de toutes vos formalités, de A à Z. C’est 100% en ligne, finalisé en 3 minutes et vous n’aurez plus aucune formalité à réaliser, ni aucun déplacement à effectuer.

Tout est donc pris en charge par notre équipe !

Une question sur votre bar à vin ?

Informez-vous, voici la newsletter !

Chez easyACTES, la relation client est essentielle. En vous inscrivant à notre newsletter, informez-vous sur les formalités juridiques de votre entreprise. Profitez-en !

Suivez-nous !

Professionnel du Droit ?

Nous contacter

📩 contact@easyactes.net
📞 05 61 730 832
Du Lundi au Samedi de 8h à 20h

🏢 EZYACT
43 Rue Monplaisir
31400 TOULOUSE

Mentions légales

Politique de confidentialité
Conditions générales de vente
easyACTES n’est pas un cabinet d’avocats
RCS Toulouse n°878762525

2022 РTous droits reserv̩s